Les médiums

Les médiums sont des personnes qui ont la faculté de percevoir les Esprits, et parfois ce qu’il se passe sur d’autres plans que le nôtre.

C’est par de tels médiums que, tout au long de l’Histoire humaine, sont arrivées les communications qui ont constitué l’Enseignement spirite, et n’en doutez pas, une partie des religions. Selon les époques de l’Histoire, et selon les pays, ces médiums furent appelés : oracles, messagers, devins,  prophètes, pythies, pythonisses, sibylles …

Cette page ne prétend pas prouver à elle seule ce que vous allez y découvrir. Mais les suites qui en découlent éclairent et relient entre eux des faits classés un peu rapidement au rayon légendes et superstitions. Chaque article de la rubrique « Phénomènes paranormaux » de la page d’accueil est un élément du puzzle

Accès direct aux chapitres :

A quoi ressemble un médium ?             

Les formes de médiumnité                    

De multiples intensités                         

Les procédés                                       

Quelques médiums                             


A quoi ressemble un médium ?

A vous, à moi, à tout le monde, et parfois à cette femme, bien loin de ce que nous vendent certaines émissions à sensations.

La médiumnité vient d’une faculté spécifique de l’Esprit. Physiquement, rien ne distingue un médium du reste du monde. Si une personne ne vous dit pas qu’elle est médium, il y a bien peu de chance pour que vous le deviniez par sa simple apparence !


Les formes  de médiumnité

Les formes de médiumnité sont multiples :

Certains médiums voient les Esprits, c’est-à-dire les personnes décédées, peuvent les entendre et leur parler, au point qu’il s’établit de véritables dialogues entre eux. D’autres les perçoivent seulement, et ont conscience de leurs présences autour d’eux.
La médiumnité va donc se traduire par des paroles, des écrits, des dessins, des ressentis. Parfois aussi par certaines formes de malaises en la présence de ces Esprits.

Les  Esprits peuvent aussi se communiquer auprès des médiums, et en vérité, nombreux sont ceux qui cherchent à le faire. Les médiums sont pour les Esprits des phares dans la nuit, et ceux qui ont des messages à faire passer à leurs familles ou à leurs proches « vivants », peuvent rechercher le « bon » médium pendant des années.


De multiples intensités

Nous sommes tous médiums, mais à des valeurs très faibles pour la plupart d’entre nous.  Cependant, nul ne peut dire qu’il n’a pas eu au moins une intuition, une prémonition, sans compter la petite voix qui parle dans notre tête, et qui n’est autre que notre Ange Gardien.

Par contre, il n’est pas donné à chacun d’entre nous de pouvoir voir ou entendre clairement les Esprits.

Mes recherches montrent que la médiumnité peut être mesurée en pourcentage, et que cette valeur permet de distinguer des grandes catégories de médiumnité :

De 1 à 5 % : ces personnes n’ont en général aucune conscience d’être médiums. Et effectivement, il ne se passe pas grand-chose de particulier qui puisse les avertir de leur médiumnité. Leurs intuitions ne sont pas suffisamment fréquentes pour être remarquées, et passent à leurs yeux pour des coïncidences.
– de 5 à 25% : curieusement, je ne trouve quasiment personne dans ces valeurs, et je ne peux donc dire ce que ces personnes perçoivent ou ressentent.

De 30 à 50% : les ressentis de ces personnes vont des intuitions aux prémonitions les plus marquées, et de façon assez soutenue. Certaines ressentent ceci comme un avantage qui leur permet de ressentir les choses et leur permet de faire des choix judicieux.

Pour d’autres en revanche, ceci peut être effrayant…  Ainsi le cas de ce monsieur qui, en serrant la main d’une personne, eut la nette et brutale prémonition que cette personne, pourtant en pleine santé, allait mourir… Ce qui fut le cas 3 jours plus tard.  Je revois encore son expression quand il m’expliqua que ceci l’avait effrayé, et comment depuis, il marquait un temps d’hésitation avant de serrer une main tendue…

De 50 à 80% : les choses commencent à devenir sérieuses, et ces personnes sont susceptibles d’entendre les Esprits soit à l’état d’éveil, soit dans leur sommeil. Dans ce dernier cas,  le doute avec le rêve n’est pas permis :  la clarté, la précision et le souvenir parfait de ce qu’elles ont entendu, n’ont strictement rien à voir avec les impressions plus ou moins vagues issues d’un rêve.

Au-delà de 80% : ces personnes peuvent voir et/ou entendre les Esprits avec une certaine facilité.  Les médiums de cette catégorie sont relativement peu nombreux.

 

Malgré la présence et la puissance de la médiumnité à ce niveau, certains médiums ne savent tout simplement pas qu’ils le sont… Dans ce cas, les nuits sont généralement très compliquées pour eux, car ils attribuent ce qu’il leur arrive à quelque chose d’inexplicable, qui confine parfois à une malédiction.

Car une médiumnité non maîtrisée n’est pas toujours enviable. Ces personnes sont  dérangées en permanence par les Esprits, voient ou entendent des choses effrayantes qui les perturbent grandement, et ce jusqu’à les envoyer dans des asiles d’aliénés. C’est hélas le cas avec les personnes déclarées schizophrènes, qui ne sont autres que des médiums et qui l’ignorent.

Page à venir : les Schizophrènes


Les procédés

De nombreux procédés furent utilisés au fil du temps pour communiquer avec les Esprits.

Le plus connu d’entre eux fut sans doute le guéridon, aussi appelé « table tournante ». Le procédé était long et fastidieux, la table répondant aux questions par des coups frappés par ses pieds. 1 coup pour A, 2 pour B…

Devant la longueur des communications, les soucis de concentration et les risques d’erreurs,  on imagina alors un « jeu » qui n’en était pas un : le « Oui-ja ». Des cartes représentant un alphabet posé en rond sur une table, un objet qui pouvait glisser sur la table et indiquer les lettres, et sur cet objet, un simple verre renversé parfois,  les doigts de plusieurs personnes dont ceux  du médium…

La corbeille et le crayon avaient un avantage incomparable : le crayon, planté dans une corbeille à pain, et mis sur une feuille de papier, écrivait seul. Oui, vous avez bien lu : seul !  Il suffisait de l’alimenter en feuilles de papier. 3 magnifiques livres furent obtenus ainsi, par 3 mères de famille lyonnaises…
-Les origines et les fins, par 3 entités de l’Espace
-Entretiens spirites, suivis des plans de l’Espace
-Nouveaux entretiens spirites

Le procédé avait toutefois un inconvénient : il nécessitait des médiums très puissants, et plutôt rares.

Par  la communication directe, les Esprits se communiquent directement dans le cerveau du médium. Il s’agit alors d’un véritable dialogue interactif entre les Esprits et le médium.
Notons qu’aux temps anciens des grecs et des romains, les Pythies et Pythonisses avaient exactement les mêmes fonctions de communication, sauf qu’à l’époque, ces fonctions étaient officiellement reconnues.

Les Esprit peuvent aussi prendre le contrôle de la main du médium. Dans ce cas, le médium voit sa main courir sur le papier, indépendamment de lui, et il ne sait pas ce que sa main écrit ; il ne peut en avoir une idée qu’en lisant…

Et enfin, il est hélas des cas ou les Esprits prennent un contrôle quasi total sur les personnes, et on parle alors d’obsessions, ou de subjugations. Terribles choses qui peuvent  mener les victimes tout droit à la folie et à l’asile…


Quelques médiums

Les exemples foisonnent, et je ne peux hélas les citer tous… Pardon aux milliers de médiums qui mériteraient tout autant de figurer dans ces lignes…

        

Jeanne Laval, qui obtint des communications avec des Esprits très avancés. Le recueil qui en fut fait m’impressionna au point que je me mis en tête de vérifier ce qui y était dit.  Le résultat est dans ce site…

   

Allan Kardec, bien qu’il ne fut pas médium lui-même, classa de multiples communications en un livre qui allait devenir, par la pertinence de son propos, la bible mondiale du spiritisme…

Et encore…

Les « Lettres de Pierre » relatent les relations qu’a entretenues Pierre Monnier, jeune lieutenant tombé en 1918 sur le front de la Somme, avec sa maman.  Les communications, quasi quotidiennes, remplirent 7 livre.

 

Edgar Cayce, aux Etats Unis, donnait des diagnostics médicaux, des prescriptions médicales et bien d’autres choses, lorsqu’il était endormi. Il permit à des milliers de personnes de recouvrer la santé, et  fut surnommé « le prophète endormi »

 

Hermance Duffaux,  jeune fille de 14 ans,  écrivit quant à elle, l’histoire de Jeanne d’Arc en 15 jours. Le livre est si précis qu’il recoupe parfaitement toutes les archives historiques connues concernant Jeanne. Et Hermance fit de même pour Louis XIII…

Victor Hugo dont le génie littéraire n’est pas à démontrer était médium lui aussi. Son œuvre colossale, qui ne s’arrête pas aux Misérables, regorge de cette évidence !

Mon ami F. que je ne nommerai pas pour ne pas le gêner, vers qui je tourne mes questions sans réponse… Merci à lui et à ses Amis de l’Espace, grâce à qui ma compréhension de l’Autre Côté s’affine jour après jour. Merci pour l’éclairage des zones d’ombres, pour votre aide,  et pour votre soutien. Merci !

Juil 4, 2017 | Posted by in Les phénomènes paranormaux | 0 comments

Add Your Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Premium Wordpress Themes by UFO Themes